La prochaine blessure narcissique concernera les artistes, et notamment les musiciens. L'intelligence artificielle va nous faire découvrir de nouvelles formes de pensée et de nouvelles formes d'art.

 

Il y a deux intelligences artificielles (IA). L'IA faible est limitée: elle effectue ce qu'on lui a appris à faire, dans un domaine déterminé, sous contrôle humain. L'IA forte, qui n'existe pas à ce jour, serait une intelligence surpuissante dotée d'une conscience d'elle-même au sens humain du terme. Mais l'IA faible, bien qu'inconsciente, est déjà révolutionnaire. Thierry Berthier et Olivier Kempf, les meilleurs spécialistes français des IA militaires, ont récemment montré comment des IA faibles pourraient, sans savoir qu'elles existent, déclencher une guerre. 

L'histoire récente du jeu de go montre qu'une IA faible est désormais capable de création. En 2015, AlphaGo, une IA développée par DeepMind, filiale de Google, a ridiculisé le champion européen de go, Fan Hui, par cinq victoires à zéro. C'était la première fois qu'une machine battait un joueur de go professionnel, exploit que les experts de 2015 n'attendaient pas avant dix ou vingt ans.   

Le jeu de go compris par une IA en quelques jours

En mars 2016, la victoire d'AlphaGo sur le Sud-Coréen Lee Sedol, un des trois meilleurs joueurs de go, marque une nouvelle étape dans l'histoire de l'IA. Lee Sedol a admis être sans voix devant la puissance de l'IA de Google.  

BONNES FEUILLES >> Intelligence: l'homme contre la machine 

En mai 2017, AlphaGo bat cette fois Ke Jie, champion du monde. Le choc de cette défaite face à l'IA a conduit ce jeune homme de 20 ans à un violent travail d'introspection. En juin, un mois après sa défaite cinglante, Ke Jie a admis avoir changé. "Après mon match contre AlphaGo, j'ai fondamentalement reconsidéré le jeu. J'espère que tous les joueurs de go pourront contempler la compréhension d'AlphaGo et son mode de pensée, qui sont tous les deux lourds de sens. Bien qu'ayant perdu, j'ai découvert que les possibilités du jeu de go étaient immenses." 

Et les progrès de l'IA se sont encore accélérés. Dans la toute nouvelle version présentée par Google le 18 octobre 2017, AlphaGo Zero, on donne simplement les règles du jeu au programme, qui s'entraîne contre lui-même. AlphaGo n'utilise pas de connaissances préalables, mais crée son analyse ex nihilo. Il avait examiné des centaines de milliers de parties pendant plusieurs mois; la nouvelle version a atteint le niveau d'un humain en quelques heures.  

Après quelques jours d'autoformation, l'AlphaGo Zero a terrassé, par 100 à 0, la version qui avait vaincu le champion du monde. Ainsi, le jeu de go est désormais magnifiquement compris par une IA en quelques jours, alors que les humains bénéficiaient de près de trois mille ans d'expérience. Comme le dit fort justement Yann Le Cun, patron de l'IA chez Facebook: "Nous allons vite nous apercevoir que l'intelligence humaine est limitée." 

L'IA pourvoyeuse d'un art personnalisé 

La prochaine blessure narcissique concernera les artistes, et notamment les musiciens. L'IA va nous transformer en nous faisant découvrir de nouvelles formes de pensée et de nouvelles formes d'art. L'IA pourrait fabriquer une musique qui produirait une extase à mille lieues de la personnalisation des playlists par Spotify ou Deezer.  

L'IA deviendra notre pourvoyeuse de drogues dures en créant un art personnalisé en fonction de nos caractéristiques génétiques et cognitives, qu'elle connaîtra mieux que quiconque. Ainsi, les IA faibles vont-elles devenir les plus grands artistes que l'humanité ait connues. Sans savoir qu'elles existent, ni ce qu'elles font, ni ce qu'est l'art. Bien sûr, ces productions artistiques pourraient devenir un terrible instrument de manipulation aux mains d'humains pervers et manipulateurs ou, plus tard, d'IA fortes voulant asservir notre espèce

Consciente ou non, l'IA musicale sera une drogue plus violente que l'héroïne: en 2040, la musique devra être régulée par la police! 

 

L'Express

Intelligence artificielle: la drogue ultradure de 2040