Le prix du pétrole ne peut durablement se maintenir autour de 30 dollars le baril car la baisse des investissements dans l'exploration et la production pétrolières entraînera un rebond, a estimé mardi l'organisme de recherche IFP EN.

L'activité de gestion des déchets (collecte, tri et recyclage) devrait être transformée en une filière économique génératrice de richesse et pourvoyeuse d'emploi, a estimé mardi à Alger, un responsable au ministère des Ressources en eau et de l'Environnement.

La maison mère de Google est devenue la première capitalisation boursière mondiale. Une progression qui fait suite à de bons résultats publiés lundi.

La monnaie nationale a enregistré une nouvelle dépréciation.Sur le marché officiel de change, la valeur du dollar est fixée à 105,81 DA à l’achat et à 112,27 DA à la vente. La valeur de l’euro est de 114,96 DA à l’achat et de 122,03 DA à la vente, lit-on dans un communiqué de la Banque d’Algérie.

Riyad a annoncé qu’elle n’était pas à l'origine de la proposition de réduction de 5% de la production mondiale de pétrole évoquée par Moscou. Elle a toutefois indiquée être disposée à coopérer pour stabiliser les cours de l’or noir.

Un dispositif de soutien aux cultures fourragères a été mis en place pour améliorer les performances des élevages afin de parvenir à l'augmentation de la production laitière et à la réduction de l'importation de la poudre de lait, ont indiqué dimanche des responsables du secteur.

Les pays de l’Opep et les pays non membres de l’organisation parviendront bientôt à un accord sur des mesures de stabilisation des cours mondiaux du pétrole, a déclaré samedi le président vénézuélien Nicolás Maduro.

La Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (COFACE) a dégradé l’Algérie à la catégorie B, a indiqué cet organisme dans son analyse annuelle des risques et prévisions de 160 pays. Classée depuis 2009 à la catégorie A4, l’Algérie recule d’un cran, de septembre 2015 à janvier 2016, en raison du « faible prix » des hydrocarbures qui continue à « peser sur l’activité algérienne en 2016″, a indiqué la Coface dans son analyse publiée au cours du colloque « Risque pays 2016″ tenu mardi à Paris.

L’Algérie est au bord de l’effondrement économique selon les prévisions récentes d’un économiste français Nicolas BOUZOU, ancien analyste en chef de l’institut de prévisions Xerfi le site internet du Point Afrique, l’édition africaine du magazine français Le Point. Pour cet économiste, 2016 pourrait marquer le début du délitement de l’Etat” Algérien à la fois politique et économique et met en garde le gouvernement français à ce que des milliers d’Algériens débarquent en France

economie