Plus d’un millier de civils ont péri depuis le début de l’intervention russe contre les régions rebelles en Syrie il y a quatre mois, a affirmé mercredi 20 janvier l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). « Depuis le 30 septembre, les frappes aériennes russes ont fait 3 049 morts, dont 1 015 civils, parmi lesquels 238 enfants et 137 femmes », a précisé l’organisation, qui dispose d’un important réseau d’informateurs à travers le pays.

L’effectivité de la prochaine instauration du gouvernement d’union nationale nommé mardi sous l’égide de l’ONU est cruciale quant à l’avenir de l’organisation terroriste, estime l’analyste Ludovico Carlino. Mais sa légitimité vis-à-vis de la population libyenne n’est pas encore acquise.

 

 

Après la victoire de la candidate de l'opposition à la présidentielle à Taïwan, hostile à un rapprochement avec le régime chinois, son nom était censuré ce samedi sur Weibo, le principal réseau social de Chine. Pékin tente ainsi de limiter le traitement médiatique de son élection et les discussions en ligne.

Le président Barack Obama a attendu le départ d’Iran d’Américains libérés dans le cadre d’un échange de prisonniers, samedi 16 juin, pour s’exprimer, dimanche, à la Maison Blanche et revenir sur une semaine faste entre les États-Unis et l’Iran.

Le sort de Mokhtar Belmokhtar reste incertain. Annoncée à plusieurs reprises, notamment en juin dernier dans une frappe américaine en Libye, sa mort a été démentie à chaque fois. Le nom de ce chef terroriste algérien, l'un des plus redoutés du Sahel, refait à nouveau surface ce samedi 16 janvier à l'occasion des attaques terroristes de Ouagadougou.

Il y a cinq ans, le président tunisien montait dans un avion avec femme et enfants, destination Djeddah, en Arabie saoudite. Depuis, qu'est devenu le clan familial, qui contrôlait alors tout le pays?

Le chef d’Al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri, demande à ses partisans de mener des attaques en Arabie saoudite pour venger la mort d’une quarantaine de djihadistes récemment exécutés dans le royaume.

L’organisation Etat islamique a revendiqué jeudi la responsabilité de la série d’attentats qui ont secoué la capitale indonésienne.

 Selon un porte-parole de la police indonésienne au moins sept personnes − cinq assaillants et deux civils − sont mortes dans une série d’explosions qui ont touché, jeudi 14 janvier,  la capitale indonésienne Djakarta.

Flash international

International