Sans attendre la validation de leur dossier par les commissions électorales de wilaya, de nombreux candidats aux élections législatives font déjà campagne sur les réseaux sociaux, principalement Facebook qui a une forte pénétration en Algérie comparativement à d’autres supports.

Les candidats du RND et du MPA mettent des affiches électorales sur leurs murs, médiatisent leurs activités de proximité, font des serments (tête de liste MPA à Alger) de mieux représenter les citoyens à l’Assemblée populaire nationale. Le parti Taj marque aussi une présence dense sur la Toile. Il avait déjà utilisé ce vecteur lors des législatives de 2012 sous la bannière de l’Alliance pour une Algérie verte (AAV). L’on se rappelle que Amar Ghoul, alors tête de liste dans la capitale, avait brassé large en parvenant à arracher 16 sièges à la Chambre basse. D’ailleurs, les islamistes ont compris depuis longtemps que les réseaux sociaux sont un parfait relais du matraquage politique. Ils les utilisent à volonté. Le RCD et le FFS investissent aussi ce canal de communication, mais de manière moins agressive. Le FLN, par contre, reste en marge des nouvelles technologies de l’information et de la communication. À vrai dire, il est compréhensible que le vieux parti ne compte pas tant sur les réseaux communautaires, dès lors qu’il possède des soutiens solides à un autre niveau d’influence sur les résultats du scrutin.

 

SOURCE : LIBERTE ALGERIE

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DU 4 MAI 2017 Les candidats font déjà campagne sur les réseaux sociaux