Après le malaise dont a été victime aujourd’hui le secrétaire général du FLN, Dr Djamel Ould Abbès, la "médiatosphère" s’est emballée avec un foisonnement de commentaires allant dans tous les sens pour expliquer l’événement et projeter l’avenir.

 Démission maquillée ou simple coup de pompe pour Ould Abbès, qui doit se reposer pour mieux revenir. Nous sources soutiennent cette dernière hypothèse.

"Le secrétaire général a eu un malaise ce matin, heureusement qu’il a eu la bonne attitude en se rendant à temps à l’hôpital militaire de Ain Naâdja (Alger) à temps pour être pris en charge à l’heure où je vous parle, il est rentré chez lui pour se reposer, le médecin lui a prescrit un repos de 45 jours", selon de bonnes sources.

"Il n’ y a ni démission ni destitution, l’homme est souffrant, ses médecins ont exigé de lui un repos total, il est donc parti se reposer le temps qu'il faut", nous ont assuré les mêmes sources.

Pendant ce congé, la direction du FLN sera assuré par un collège qui sera présidé par le tout nouveau président de l’APN, Moad Bouchareb. A ceux qui arguent que le président de l’APN ne peut pas statutairement assumer cet intérim, qui doit revenir à un membre du BP, nos sources répondent que « Moad Bouchareb peut avoir provisoirement la double casquette », citant à l’appui le cas d’Ahmed Ouyahia qui est à la fois Premier ministre et SG du RND.

Quant au comité qui doit assurer l'intérim du secrétaire général, des noms sont avancés dont ceux de Tahar Khaoua, ancien ministre et ancien membre du bureau politique, le sénateur Madani Haout, le président de la commission des affaires étrangères de l' APN, Abdelhamid Si Affif...

 

 

Algerie1

 

Ould Abbas : ni démission ni destitution