Issad Rebrab, patron de Cevital, un des sponsors connus du forum d'Affaires algéro-britanniques, n'a finalement pas assisté à la rencontre.

Amar Saâdani a accusé, ce samedi 20 mai, « un lobby » de mener une campagne exécutée par « plusieurs relais » pour imposer le futur président de la République. Le secrétaire général du FLN a assimilé ce lobby « à une pieuvre avec cinq bras, sécuritaire, médiatique, politique, financier et administratif », lors d’un meeting ce samedi 20 mai à Tebessa.

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a appelé ce vendredi la justice à s’autosaisir suite aux graves accusations proférées par le directeur d’Ennahar à l’encontre d’Issad Rebrab, du général à la retraite Toufik et de l’ex-DRS.

Les trois forces qui ont aidé le Président à décrocher son 4e mandat se livrent, depuis son absence en raison de sa maladie, une guerre de succession. L’armée, les politiques et les hommes d’affaires se projettent dans l’horizon 2019, mais avant, en cas de vacance, deux d’entre elles craignent l’homme fort du moment, le vice-ministre de la Défense nationale, dont l’ambition démesurée risque de faire voler en éclats toute démarche institutionnelle. Le pire des scénarios, révèlent les plus avertis.

L'activiste et homme politique Rachid Nekkaz a déclaré à la chaine Berbère Télévision qu'il soutient l'homme d'affaires Issad Rebrab.

Le nouveau modèle économique sera examiné lors de la réunion de la tripartite (gouvernement, patronat et UGTA), prévue le 5 juin prochain.   

Sauf retournement spectaculaire, le juge chargé de l’affaire El Khabar rendra une décision allant dans le sens des demandes du ministre Hamid Grine. On oublie qu’Issad Rebrab a acquis, par cette transaction, un quotidien, des imprimeries et… une chaîne de télévision !

L'industriel algérien Issad Rebrab a longtemps été l'idole de plusieurs algériens en matière de réussite dans le monde des affaires. Mais qui dit monde des affaires, dit affaires peu légales; corruption et évasion fiscale.

Les commissions de Saipem arrivaient bien chez Chakib Khelil via la filière Bedjaoui-Habour-Najat Arafat, l'épouse de l'ancien ministre de l'Energie. Elle est le premier maillon exposé que cible la contre-attaque de l'ex DRS finalement relayée par le général à la retraite Khaled Nezzar.

Politique