La semaine qui s’achève aura été particulièrement lugubre pour le pouvoir algérien. Deux événements importants ont notamment perturbé son rythme de gouvernance jusque-là paisible.

Le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia a réagi, samedi, par rapport à la photo du président de la république twittée par le premier ministre français, Manuel Valls en la qualifiant d’exploitation « éhontée » d’une image du Président Abdelaziz Bouteflika et d' »une manœuvre coordonnée par certains entre Paris et Alger »

C’est un rapport sans concession qu’a établi le département d’Etat américain sur l’Algérie.

Chakib Khelil, ancien ministre de l’Energie et des Mines, a été reçu à la zaouïa de Sidi Mohieddine, dans la localité d’El Guitena, à 30 km de Mascara.

Le  Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a entamé samedi  une visite de travail dans la wilaya de Constantine, au cours de laquelle il procédera à l’inspection et à l’inauguration de projets de développement relevant de plusieurs secteurs.

Depuis  son bruyant retour en Algérie après trois années d’exil forcé aux Etats-Unis, Chakib Khelil fait l’objet de polémiques et autres surenchères sur son avenir politique.

Les questionnements chargés d’inquiétude de l’opinion publique et de la classe politique en droit de savoir mettent le Président et son gouvernement sous pression.

eudi, deux événements ont marqué l’activité du Parlement. L’un a trait à l’audition par la commission des affaires économiques de l’APN du ministre de l’industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb ; l’autre a porté sur les questions orales adressées à plusieurs ministres, entre autres le chef de l’Exécutif Abdelmalek Sellal qui, bien sûr, a brillé par son absence, et celui de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui.

Farid Bedjaoui est le symbole d'une bataille perdue par l'Algérie. Mais peut-on gagner une guerre quand les troupes sont constituées de zaouïas et dirigées par Amar Saadani?

Politique