«Le FLN ne se taira plus et ripostera à toutes les attaques tant intérieures qu'extérieures, ciblant le président de la République.»

L'affaire de la photo de Bouteflika (le visage livide, la bouche ouverte et l'air très mal en point), postée sur le compte Twitter de Manuel Valls lors de sa visite à Alger du 9 au 10 avril, n'en finit pas de faire polémique.Certains dirigeants algériens reprochent au Premier ministre de l'avoir fait exprès.

Le patron de Cevital n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour décrire le pouvoir actuel qu’il accuse de «régionalisme».

Pour le richissime homme d’affaires, les tenants du régime «ont peur», car ils craignent que «si Issad Rebrab continue encore à progresser, il risque demain de prendre le pouvoir».

Issad Rebrab, patron du groupe Cevital, a apporté un démenti formel aux informations du site d’Ennahar considérant ces allégations comme une manipulation outrancière basée sur de faux documents.

Le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs a renvoyé à mercredi 4 mai l'affaire concernant le rachat du groupe el Khabar par une des sociétés du groupe Cevital, propriété du richissime homme d'Affaire algérien Issad Rebrab.

“Il va aux zaouïas pour faire de la politique, pas pour pratiquer la religion. Ce sont des visites planifiées et préparées par le ministère des Affaires religieuses. L’État est impliqué”, a-t-elle dénoncé.

En Algérie, l'ancien candidat à la présidence Ali Benflis tenait une conférence mercredi soir. Alors qu’Abdelaziz Bouteflika était en Suisse pour des examens médicaux, Ali Benflis a dénoncé le blocage des institutions, un blocage qui fragilise le pays selon lui.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a réitéré, mercredi à Moscou, que l'Algérie ambitionnait de poursuivre la mutation de son économie vers la production de biens et de services et la création de richesses et d'emplois.

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika s'est rendu dimanche à Genève (Suisse) pour "une visite privée" durant laquelle il effectuera des "controles médicaux périodiques", a annoncé la présidence de la République dans un communiqué transmis à l'APS.

Politique