« Aujourd’hui, je bouge à nouveau mes doigts, j’ai réussi à prendre une bouteille, à verser son contenu dans un récipient, et même à saisir un bâtonnet pour remuer. Le tout sans bras robotisé, avec mes vraies mains. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est un formidable début vers l’autonomie. Pour moi et pour d’autres », s’exclame Ian Burckhart.

En 2010, ce jeune Américain revient tétraplégique de vacances au bord de la mer. Il s’est brisé le cou en plongeant. Totalement paralysé à partir de la cinquième vertèbre cervicale, il a perdu le contrôle de ses membres inférieurs mais aussi de ses avant-bras et de ses mains. Il peut juste remuer les épaules et les bras jusqu’au coude. Alors, quand deux équipes – celle du neurologue Ali Rezai, de l’université d’Etat de l’Ohio, et celle de Chad Bouton et Nicholas Annetta, de l’institut de technologie Battelle Memorial, à Columbus (Ohio) – lui proposent de participer à un essai clinique de dérivation neurale, un nouveau système qui pourrait redonner vie à ses mains, il n’hésite pas très longtemps. Certes, il lui faut accepter de se faire placer dans le cerveau un implant composé de 96 électrodes, au contact du cortex moteur. Mais il s’agit d’une toute petite puce avec des électrodes de 1,5 millimètre.

Prototype

Après de longs mois d’entraînement, le jeune homme est convaincu que le jeu en valait la chandelle. N’est-il pas le premier paralysé au monde à contrôler en temps réel les mouvements de ses mains à partir de l’enregistrement des signaux de son cerveau ? D’ordinaire, le cortex moteur pilote les mouvements en envoyant ses commandes aux quatre membres via la moelle épinière. La dérivation neurale consiste à faire la même chose en contournant la moelle épinière lésée lors de l’accident. Certes, le système en est au stade du prototype et M. Burckhart ne peut pas encore en profiter à domicile. Mais, à seulement 24 ans, il est conscient de tester une technologie émergente qui pourrait grandement améliorer sa vie

Les interfaces cerveau-machine se sont beaucoup développées depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion notamment de Miguel Nicolelis, de l’université Duke en Caroline du Nord. Ces systèmes, encore en phase de test pour la plupart, parviennent à décoder les signaux du cortex moteur cérébral afin de piloter par la pensée une prothèse : ordinateur, bras robotisé ou encore exosquelette. Ainsi, en 2003, l’équipe de M. Nicolelis parvint à ce que des singes contrôlent un bras robotisé, à travers une électrode implantée dans leur cortex moteur. Et l’Américain John Donoghue, aujourd’hui directeur du centre Wyss au Campus Biotech de Genève, fut le premier à implanter des électrodes en 2011 dans le cortex moteur d’une Américaine afin qu’elle pilote un bras robotisé.

« Un pas de plus »

« Avec la dérivation neurale, l’équipe américaine franchit un pas de plus », reconnaît John Donoghue. Il s’agit cette fois d’une interface cerveau-main : à partir du décodage des signaux cérébraux, le système permet à la personne de piloter en temps réel le mouvement de ses propres doigts, grâce à un stimulateur musculaire apposé sur son avant-bras.

Lire l'article depuis sa source

 

Flash sante

  • 10:52 Le virus Nipah met le sud de l'Inde en état d'alerte
    Dix personnes sont décédées en moins de deux semaines, en Inde, du virus Nipah. Moins connu qu'Ebola, il a pourtant un taux de mortalité équivalent et fait partie des candidats les plus dangereux pour une prochaine épidémie majeure, d'après l'OMS.
  • 16:31 Nipah, le virus qui affole l'Inde
    Dix personnes sont décédées en moins de deux semaines en Inde du virus Nipah. Moins connu qu’Ebola, il a pourtant un taux de mortalité équivalent et fait partie des candidats les plus dangereux pour une prochaine épidémie majeure, d’après l’OMS.
  • 13:35 Avec la fonte des glaces, les virus menacent
    La Terre se réchauffe et les pôles fondent, faisant apparaître une menace silencieuse. Dans ces terres gelées en permanence, appelées le permafrost, des virus et bactéries sont conservés intacts, grâce au froid, depuis des dizaines de milliers d’années, mais sont prêts à refaire surface. L’équipe d’Élément Terre s’est rendue à Longyearbyen, dans l’extrême nord norvégien, à la rencontre de chercheurs et d’habitants qui vivent avec ce danger.
  • 05:20 RD Congo : un premier cas d'Ebola détecté en zone urbaine
    Le ministère de la Santé de la RD Congo a annoncé mercredi avoir détecté un premier cas urbain de fièvre Ebola, faisant craindre le pire. Un vaccin contre la maladie devrait être testé dans les prochains jours.
  • 13:41 Google et Microsoft dévoilent des intelligences artificielles plus vraies que nature
    C'est la saison des conférence développeurs pour Facebook, Microsoft ou Google. La firme de Mountain View a saisi l'occasion pour dévoiler son nouvel assistant à la voix surnaturelle. Google Duplex prend les rendez-vous à votre place en imitant les réactions humaine lors d'une conversation, en répliquant les intonations et hésitations. Aussi bluffant que flippant, jusqu'où peut aller ce mimétisme vocal ? Dans le même temps, la Maison Blanche tient un sommet sur l'IA pour définir une stratégie.
  • 19:53 Les internautes demandent #JusticePourNaomi
    Naomi Musenga, 22 ans, est morte quelques heures après avoir appelé les urgences médicales. Les opératrices s'étaient alors moquées d'elle, refusant de la prendre en charge. Son histoire continue de faire réagir les internautes et fait écho à d'autres cas à l'étranger. Puis nous parlons des propos de Karl Lagerfeld, qui menace d'abandonner sa nationalité allemande. Selon lui, la politique d'Angela Merkel aurait favorisé l'entrée de l'extrême droite au Parlement allemand.
  • 15:42 Décès de Naomi Musenga : l'opératrice du Samu "suspendue à titre conservatoire"
    Le parquet de Strasbourg a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête préliminaire dans le cadre du décès de Naomi Musenga, raillée au téléphone par une opératrice du Samu. Cette dernière a été "suspendue à titre conservatoire".
  • 13:13 Décès de Naomi Musenga, 22 ans : le scandale qui secoue le Samu
    En décembre 2017, Naomi Musenga, 22 ans, est décédée à l'hôpital de Strasbourg. Quelques heures avant, elle avait alerté le Samu mais l'opératrice s'était moquée d'elle. L'enregistrement de cette conversation téléphonique a été transmis par l'hôpital à la famille de la jeune femme, qui a décidé de le diffuser. Deux enquêtes sont en cours.
Un tétraplégique peut à nouveau bouger son bras