« Aujourd’hui, je bouge à nouveau mes doigts, j’ai réussi à prendre une bouteille, à verser son contenu dans un récipient, et même à saisir un bâtonnet pour remuer. Le tout sans bras robotisé, avec mes vraies mains. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est un formidable début vers l’autonomie. Pour moi et pour d’autres », s’exclame Ian Burckhart.

En 2010, ce jeune Américain revient tétraplégique de vacances au bord de la mer. Il s’est brisé le cou en plongeant. Totalement paralysé à partir de la cinquième vertèbre cervicale, il a perdu le contrôle de ses membres inférieurs mais aussi de ses avant-bras et de ses mains. Il peut juste remuer les épaules et les bras jusqu’au coude. Alors, quand deux équipes – celle du neurologue Ali Rezai, de l’université d’Etat de l’Ohio, et celle de Chad Bouton et Nicholas Annetta, de l’institut de technologie Battelle Memorial, à Columbus (Ohio) – lui proposent de participer à un essai clinique de dérivation neurale, un nouveau système qui pourrait redonner vie à ses mains, il n’hésite pas très longtemps. Certes, il lui faut accepter de se faire placer dans le cerveau un implant composé de 96 électrodes, au contact du cortex moteur. Mais il s’agit d’une toute petite puce avec des électrodes de 1,5 millimètre.

Prototype

Après de longs mois d’entraînement, le jeune homme est convaincu que le jeu en valait la chandelle. N’est-il pas le premier paralysé au monde à contrôler en temps réel les mouvements de ses mains à partir de l’enregistrement des signaux de son cerveau ? D’ordinaire, le cortex moteur pilote les mouvements en envoyant ses commandes aux quatre membres via la moelle épinière. La dérivation neurale consiste à faire la même chose en contournant la moelle épinière lésée lors de l’accident. Certes, le système en est au stade du prototype et M. Burckhart ne peut pas encore en profiter à domicile. Mais, à seulement 24 ans, il est conscient de tester une technologie émergente qui pourrait grandement améliorer sa vie

Les interfaces cerveau-machine se sont beaucoup développées depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion notamment de Miguel Nicolelis, de l’université Duke en Caroline du Nord. Ces systèmes, encore en phase de test pour la plupart, parviennent à décoder les signaux du cortex moteur cérébral afin de piloter par la pensée une prothèse : ordinateur, bras robotisé ou encore exosquelette. Ainsi, en 2003, l’équipe de M. Nicolelis parvint à ce que des singes contrôlent un bras robotisé, à travers une électrode implantée dans leur cortex moteur. Et l’Américain John Donoghue, aujourd’hui directeur du centre Wyss au Campus Biotech de Genève, fut le premier à implanter des électrodes en 2011 dans le cortex moteur d’une Américaine afin qu’elle pilote un bras robotisé.

« Un pas de plus »

« Avec la dérivation neurale, l’équipe américaine franchit un pas de plus », reconnaît John Donoghue. Il s’agit cette fois d’une interface cerveau-main : à partir du décodage des signaux cérébraux, le système permet à la personne de piloter en temps réel le mouvement de ses propres doigts, grâce à un stimulateur musculaire apposé sur son avant-bras.

Lire l'article depuis sa source

 

Flash sante

  • 15:09 Briser le tabou des règles
    Les règles, le sang menstruel des femmes, est tout ce qu'il y a de plus naturel. Pourtant, dans la plupart des pays, c'est un motif de honte et de mise à l'écart. Depuis quelques années, de New York à Bombay, en passant par Madagascar, ce thème commence à être débattu publiquement. Et pour cause : il touche à des questions de santé publique, d'éducation, d'économie ou encore de discrimination. Pour en parler, Élise Thiébaut, auteure de "Ceci est mon sang" (éd. La Découverte), est notre invitée.
  • 13:03 Des milliers de malformations observées chez des enfants exposés à la Dépakine
    Entre 2 150 et 4 100 enfants ayant été exposés in utero à l'antiépileptique Dépakine et ses dérivés sur la période 1967-2016 seraient atteints d'au moins une malformation congénitale majeure, révèle l'Agence nationale de sécurité du médicament.
  • 13:33 Emma Morano, doyenne de l'humanité et dernière à avoir connu le XIXe siècle, est morte à 117 ans
    Dernière "survivante" connue du XIXe siècle, Emma Morano est morte samedi 15 avril à l'âge de 117 ans et 137 jours. La doyenne de l’humanité serait désormais une Jamaïcaine, Violet Brown, née le 10 mars 1900.
  • 14:17 France : l'hôpital public, un grand malade ?
    Médecins, infirmiers, aides-soignants, cadres ou encore directeurs... Ils avaient choisi l'hôpital public parce qu'il soigne tous les malades sans exception, du sans-abri au président de la République. Mais aujourd’hui, victimes d'une logique de rentabilité si éloignée des valeurs qui les motivaient, les personnels de santé sont fatigués. lls témoignent de leur mal-être mais aussi leurs espoirs dans Reporters.
  • 16:08 En terres d'Ebola, la vie après l'épidémie
    Quelque 11 000 morts, 28 000 personnes infectées - l'épidémie d'Ebola qui a frappé l'Afrique de l'Ouest il y a trois ans, a choqué et effrayé la planète entière. Partie de Guinée en décembre 2013, elle s'est rapidement étendue au Liberia et à la Sierra Leone, touchant dans une moindre mesure le Nigeria, le Mali et le Sénégal. Et pour la première fois depuis sa découverte en 1976, le virus a été détecté hors du continent africain, aux États-Unis et en Europe.
  • 10:13 Hépatite C : un accord avec le laboratoire Gilead permet une forte baisse de prix du traitement
    Marisol Touraine a annoncé vendredi qu’un accord conclu avec le laboratoire Gilead sur le traitement contre l’hépatite C allait permettre une forte baisse des prix. Les nouveaux tarifs devraient entrer en vigueur "dès le 1er avril 2017".
  • 18:38 France : les associations de malades de Lyme se mobilisent avant la présidentielle
    Les associations de malades de Lyme entendent multiplier les actions avant la présidentielle française afin que les mesures promises par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, ne soient pas enterrées par le prochain gouvernement.
  • 17:34 Algérie : Abdelaziz Bouteflika fête ses 80 ans sur fond de spéculations sur son état de santé
    Les interrogations s'intensifient en Algérie sur l'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika qui fête jeudi ses 80 ans, et dont les proches évoquent la possibilité de le voir briguer un cinquième mandat.
Un tétraplégique peut à nouveau bouger son bras