« Aujourd’hui, je bouge à nouveau mes doigts, j’ai réussi à prendre une bouteille, à verser son contenu dans un récipient, et même à saisir un bâtonnet pour remuer. Le tout sans bras robotisé, avec mes vraies mains. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est un formidable début vers l’autonomie. Pour moi et pour d’autres », s’exclame Ian Burckhart.

En 2010, ce jeune Américain revient tétraplégique de vacances au bord de la mer. Il s’est brisé le cou en plongeant. Totalement paralysé à partir de la cinquième vertèbre cervicale, il a perdu le contrôle de ses membres inférieurs mais aussi de ses avant-bras et de ses mains. Il peut juste remuer les épaules et les bras jusqu’au coude. Alors, quand deux équipes – celle du neurologue Ali Rezai, de l’université d’Etat de l’Ohio, et celle de Chad Bouton et Nicholas Annetta, de l’institut de technologie Battelle Memorial, à Columbus (Ohio) – lui proposent de participer à un essai clinique de dérivation neurale, un nouveau système qui pourrait redonner vie à ses mains, il n’hésite pas très longtemps. Certes, il lui faut accepter de se faire placer dans le cerveau un implant composé de 96 électrodes, au contact du cortex moteur. Mais il s’agit d’une toute petite puce avec des électrodes de 1,5 millimètre.

Prototype

Après de longs mois d’entraînement, le jeune homme est convaincu que le jeu en valait la chandelle. N’est-il pas le premier paralysé au monde à contrôler en temps réel les mouvements de ses mains à partir de l’enregistrement des signaux de son cerveau ? D’ordinaire, le cortex moteur pilote les mouvements en envoyant ses commandes aux quatre membres via la moelle épinière. La dérivation neurale consiste à faire la même chose en contournant la moelle épinière lésée lors de l’accident. Certes, le système en est au stade du prototype et M. Burckhart ne peut pas encore en profiter à domicile. Mais, à seulement 24 ans, il est conscient de tester une technologie émergente qui pourrait grandement améliorer sa vie

Les interfaces cerveau-machine se sont beaucoup développées depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion notamment de Miguel Nicolelis, de l’université Duke en Caroline du Nord. Ces systèmes, encore en phase de test pour la plupart, parviennent à décoder les signaux du cortex moteur cérébral afin de piloter par la pensée une prothèse : ordinateur, bras robotisé ou encore exosquelette. Ainsi, en 2003, l’équipe de M. Nicolelis parvint à ce que des singes contrôlent un bras robotisé, à travers une électrode implantée dans leur cortex moteur. Et l’Américain John Donoghue, aujourd’hui directeur du centre Wyss au Campus Biotech de Genève, fut le premier à implanter des électrodes en 2011 dans le cortex moteur d’une Américaine afin qu’elle pilote un bras robotisé.

« Un pas de plus »

« Avec la dérivation neurale, l’équipe américaine franchit un pas de plus », reconnaît John Donoghue. Il s’agit cette fois d’une interface cerveau-main : à partir du décodage des signaux cérébraux, le système permet à la personne de piloter en temps réel le mouvement de ses propres doigts, grâce à un stimulateur musculaire apposé sur son avant-bras.

Lire l'article depuis sa source

 

Flash sante

  • 13:21 Africa Mercy : le "navire de l’espoir" en mission au Cameroun
    Le bateau-hôpital de l’ONG Mercy Ships mouille dans le port de Douala jusqu’en juin 2018 pour une mission de dix mois. Il offre des soins gratuits aux Camerounais atteints de maladies rares dans un pays où le système de santé est défaillant.
  • 10:48 AFRICA MERCY : Immersion dans le navire de l’espoir en mission au Cameroun
    Le bateau-hôpital Africa Mercy de l’ONG Mercy Ships est actuellement dans le port de Douala, au Cameroun, et ce, jusqu’en juin prochain. Sa mission va durer 10 mois. Le but : soigner gratuitement certaines maladies rares et coûteuses dont sont atteints de nombreux Camerounais. Dans ce pays où l’accès aux soins reste très compliqué, cette initiative est vitale pour des milliers de malades. Reportage sur ce navire de l’espoir.
  • 05:55 Au Sénégal, la presqu'île de Dakar menacée par la pollution marine
    Au Sénégal sur la presqu'île de Dakar, la baie de Hann était autrefois un paradis idyllique. Aujourd'hui, elle étouffe sous les déchets. L'urbanisation anarchique et les usines qui déversent leurs eaux toxiques dans la mer ont eu raison de la carte postale. Un rapport d'expert publié le mois dernier fait état d'une pollution inquiétante. Aujourd'hui il y a urgence à agir, et la baie de Hann attend un programme de dépollution. Reportage de notre correspondante Sarah Sakho.
  • 13:37 Loi Neuwirth : 50 ans de contraception en France
    Cette semaine, nous parlons contraception, à l'occasion de l'anniversaire de la loi Neuwirth, adoptée en France en 1967. Le texte légalisait la pilule, un symbole qui est aujourd'hui le moyen de contraception préféré des Françaises. Mais elle est loin d'être le seul et elle est même remise en cause. La sociologue Nathalie Bajos reviendra sur l'impact de cette révolution dans la société française.
  • 15:05 Vidéo : la prévention auprès des jeunes, une des clés de la lutte contre le sida
    Le 1er décembre a lieu la journée mondiale de lutte contre le sida. Entre 30 et 40 millions de personnes en sont mortes depuis le début de l'épidémie. L'un des enjeux de cette journée est la prévention auprès des plus jeunes.
  • 08:58 Lutte contre le sida : "Nous avons besoin d'une journée"
    Dans cette revue de presse internationale du 1er décembre : l'interview de l'un des initiateurs de la Journée mondiale de lutte contre le sida, les commentaires des journaux américains sur le possible départ du secrétaire d'État américain Rex Tillerson, et un homard "tatoué" a été pêché au large du Canada.
  • 12:31 Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida
    Dans son dernier rapport, l'Onusida a souligné un net progrès dans la lutte contre le sida : le taux de mortalité a été divisé par deux depuis 2005. Longtemps décrite comme l'une des "régions oubliées" de lutte contre le VIH, l'Afrique de l'Ouest donne des signes encourageants. Dépistage, recherche, prévention : le Sénégal est désormais vu comme un exemple régional.
  • 07:42 "Les Africains n'ont rien à attendre de la France"
    Au menu de cette revue de presse française, mardi 28 novembre, la première tournée africaine d’Emmanuel Macron. La discorde entre la France et l’Europe au sujet du glyphosate. Des taxes "qui nous veulent du bien". Et le chien, meilleur ami de la santé de l’homme.
Un tétraplégique peut à nouveau bouger son bras