« Aujourd’hui, je bouge à nouveau mes doigts, j’ai réussi à prendre une bouteille, à verser son contenu dans un récipient, et même à saisir un bâtonnet pour remuer. Le tout sans bras robotisé, avec mes vraies mains. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est un formidable début vers l’autonomie. Pour moi et pour d’autres », s’exclame Ian Burckhart.

En 2010, ce jeune Américain revient tétraplégique de vacances au bord de la mer. Il s’est brisé le cou en plongeant. Totalement paralysé à partir de la cinquième vertèbre cervicale, il a perdu le contrôle de ses membres inférieurs mais aussi de ses avant-bras et de ses mains. Il peut juste remuer les épaules et les bras jusqu’au coude. Alors, quand deux équipes – celle du neurologue Ali Rezai, de l’université d’Etat de l’Ohio, et celle de Chad Bouton et Nicholas Annetta, de l’institut de technologie Battelle Memorial, à Columbus (Ohio) – lui proposent de participer à un essai clinique de dérivation neurale, un nouveau système qui pourrait redonner vie à ses mains, il n’hésite pas très longtemps. Certes, il lui faut accepter de se faire placer dans le cerveau un implant composé de 96 électrodes, au contact du cortex moteur. Mais il s’agit d’une toute petite puce avec des électrodes de 1,5 millimètre.

Prototype

Après de longs mois d’entraînement, le jeune homme est convaincu que le jeu en valait la chandelle. N’est-il pas le premier paralysé au monde à contrôler en temps réel les mouvements de ses mains à partir de l’enregistrement des signaux de son cerveau ? D’ordinaire, le cortex moteur pilote les mouvements en envoyant ses commandes aux quatre membres via la moelle épinière. La dérivation neurale consiste à faire la même chose en contournant la moelle épinière lésée lors de l’accident. Certes, le système en est au stade du prototype et M. Burckhart ne peut pas encore en profiter à domicile. Mais, à seulement 24 ans, il est conscient de tester une technologie émergente qui pourrait grandement améliorer sa vie

Les interfaces cerveau-machine se sont beaucoup développées depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion notamment de Miguel Nicolelis, de l’université Duke en Caroline du Nord. Ces systèmes, encore en phase de test pour la plupart, parviennent à décoder les signaux du cortex moteur cérébral afin de piloter par la pensée une prothèse : ordinateur, bras robotisé ou encore exosquelette. Ainsi, en 2003, l’équipe de M. Nicolelis parvint à ce que des singes contrôlent un bras robotisé, à travers une électrode implantée dans leur cortex moteur. Et l’Américain John Donoghue, aujourd’hui directeur du centre Wyss au Campus Biotech de Genève, fut le premier à implanter des électrodes en 2011 dans le cortex moteur d’une Américaine afin qu’elle pilote un bras robotisé.

« Un pas de plus »

« Avec la dérivation neurale, l’équipe américaine franchit un pas de plus », reconnaît John Donoghue. Il s’agit cette fois d’une interface cerveau-main : à partir du décodage des signaux cérébraux, le système permet à la personne de piloter en temps réel le mouvement de ses propres doigts, grâce à un stimulateur musculaire apposé sur son avant-bras.

Lire l'article depuis sa source

 

Flash sante

  • 09:53 "Medtech" : la médecine du futur, c'est maintenant !
    Mettre au point des capteurs intelligents pour prévenir les accidents cardio-vasculaires, utiliser l'intelligence artificielle (IA) pour détecter les cancers du sein, ou encore partir en Islande chercher le futur des antibiotiques sous la glace. Que nous réserve la médecine de demain et qui en sont les concepteurs ? Cette semaine, nous passons en revue les "success stories" des "medtech", ces technologies qui révolutionnent la santé.
  • 05:44 Procès du talc : Johnson & Johnson condamné à verser 4,7 milliards de dollars
    Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson (J&J) a été condamné jeudi à verser 4,69 milliards de dollars de dommages lors d'un procès intenté par 22 femmes. Elles reprochent au talc vendu par le groupe de provoquer des cancers.
  • 14:21 La PrEP, un traitement préventif contre le VIH encore trop méconnu
    L'association Aides a lancé une campagne nationale d'information et de promotion de la PrEP, un traitement préventif contre le VIH. Celui-ci est encore largement méconnu et s'adresse aux personnes particulièrement exposées au virus du sida.
  • 15:10 Djibouti sous l'emprise du khat
    À Djibouti, près de la moitié des hommes consomment le khat, des feuilles à mâcher qui constituent une drogue aux effets proches de l'amphétamine. En moyenne, 40 % du budget des foyers y est consacré, un gouffre financier alors que le chômage touche une personne sur deux. Les effets du khat sur la santé en font également un vecteur de problèmes sanitaires et sociaux.
  • 08:47 Aide au développement : "Il ne s'agit plus simplement d'aide, mais d'investissement"
    Notre invité du jour est Rémy Rioux, le directeur général de l'Agence française de développement. L'AFD, créée il y a 77 ans, est la plus vieille institution au monde dédiée au développement. Avec lui, nous ferons le point sur l'aide au développement à travers le monde et sur les contributions françaises plus exactement. Pour lui, "l'AFD est une institution agile. Nous allons renforcer considérablement notre activité. Il faut une action renouvelée, plus efficace dans les pays en crise".
  • 15:28 Règles : quand le rouge tourne au vert
    En moyenne, une femme utilise 10 000 tampons ou serviettes hygiéniques au cours de sa vie. Non recyclables, ces déchets ont un impact important sur l'environnement : chaque année, 100 milliards de produits d’hygiène féminine à usage unique finissent ainsi dans des décharges mondiales. Loin d'être un luxe, ils sont une nécessité dont sont privées de nombreuses femmes dans les pays en développement. Comment les rendre plus accessibles, mais aussi moins polluants?
  • 07:21 Santé : quatre cancers sur dix pourraient être évités
    Le tabac d'abord, puis l'alcool, une mauvaise alimentation, et enfin l'obésité sont les quatre facteurs principaux en France des 40 % de cancers qui seraient "évitables".
  • 13:00 VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée
    Les jeunes Chinois urbains n'ont jamais connu un tel niveau de vie. Ils ont un meilleur accès à l'éducation, aux services de santé et ont une meilleure qualité de vie en général. Mais les autorités ont été récemment alarmées par une statistique : le taux de VIH chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans a triplé au cours de la dernière décennie. En cause : une jeunesse chinoise décomplexée, mais privée d'éducation sexuelle et une population homosexuelle particulièrement exposée. Reportage.
Un tétraplégique peut à nouveau bouger son bras