« Aujourd’hui, je bouge à nouveau mes doigts, j’ai réussi à prendre une bouteille, à verser son contenu dans un récipient, et même à saisir un bâtonnet pour remuer. Le tout sans bras robotisé, avec mes vraies mains. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est un formidable début vers l’autonomie. Pour moi et pour d’autres », s’exclame Ian Burckhart.

En 2010, ce jeune Américain revient tétraplégique de vacances au bord de la mer. Il s’est brisé le cou en plongeant. Totalement paralysé à partir de la cinquième vertèbre cervicale, il a perdu le contrôle de ses membres inférieurs mais aussi de ses avant-bras et de ses mains. Il peut juste remuer les épaules et les bras jusqu’au coude. Alors, quand deux équipes – celle du neurologue Ali Rezai, de l’université d’Etat de l’Ohio, et celle de Chad Bouton et Nicholas Annetta, de l’institut de technologie Battelle Memorial, à Columbus (Ohio) – lui proposent de participer à un essai clinique de dérivation neurale, un nouveau système qui pourrait redonner vie à ses mains, il n’hésite pas très longtemps. Certes, il lui faut accepter de se faire placer dans le cerveau un implant composé de 96 électrodes, au contact du cortex moteur. Mais il s’agit d’une toute petite puce avec des électrodes de 1,5 millimètre.

Prototype

Après de longs mois d’entraînement, le jeune homme est convaincu que le jeu en valait la chandelle. N’est-il pas le premier paralysé au monde à contrôler en temps réel les mouvements de ses mains à partir de l’enregistrement des signaux de son cerveau ? D’ordinaire, le cortex moteur pilote les mouvements en envoyant ses commandes aux quatre membres via la moelle épinière. La dérivation neurale consiste à faire la même chose en contournant la moelle épinière lésée lors de l’accident. Certes, le système en est au stade du prototype et M. Burckhart ne peut pas encore en profiter à domicile. Mais, à seulement 24 ans, il est conscient de tester une technologie émergente qui pourrait grandement améliorer sa vie

Les interfaces cerveau-machine se sont beaucoup développées depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion notamment de Miguel Nicolelis, de l’université Duke en Caroline du Nord. Ces systèmes, encore en phase de test pour la plupart, parviennent à décoder les signaux du cortex moteur cérébral afin de piloter par la pensée une prothèse : ordinateur, bras robotisé ou encore exosquelette. Ainsi, en 2003, l’équipe de M. Nicolelis parvint à ce que des singes contrôlent un bras robotisé, à travers une électrode implantée dans leur cortex moteur. Et l’Américain John Donoghue, aujourd’hui directeur du centre Wyss au Campus Biotech de Genève, fut le premier à implanter des électrodes en 2011 dans le cortex moteur d’une Américaine afin qu’elle pilote un bras robotisé.

« Un pas de plus »

« Avec la dérivation neurale, l’équipe américaine franchit un pas de plus », reconnaît John Donoghue. Il s’agit cette fois d’une interface cerveau-main : à partir du décodage des signaux cérébraux, le système permet à la personne de piloter en temps réel le mouvement de ses propres doigts, grâce à un stimulateur musculaire apposé sur son avant-bras.

Lire l'article depuis sa source

 

Flash sante

  • 07:03 "Ariane, succès européen, défi américain"
    Dans la presse, ce lundi 24 septembre, le lancement, en Inde, d'un programme de santé pour les plus pauvres, et la polémique provoquée par les propos de François Hollande sur la vente de Rafale à New Delhi, du rififi entre la Suède et la Chine, le 100e lancement d'Ariane 5 et l'essor de l'économie "casanière".
  • 18:58 Entretien avec le professeur Khayat : lutter contre le stress pour diminuer le risque de cancer
    Le professeur David Khayat, oncologue et auteur du livre "L'enquête vérité. Vous n'aurez plus jamais peur du cancer", explique sur le plateau de France 24 les liens entre le stress, les émotions négatives et le risque de développer un cancer.
  • 09:56 Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"
    La vie de Claude Pinault a basculé en 2005. Victime du syndrome de Guillain-Barré, il est devenu tétraplégique presque du jour au lendemain. "Un long voyage au bout de l’enfer", au cours duquel il est resté prisonnier d'un corps qui ne lui répondait plus pendant plus de 300 jours. Mais à force d'obstination et d'une discipline impressionnante, il marche et vit à nouveau normalement. Dans son livre "Le syndrome du bocal", Claude Pinault raconte son combat jusqu’à la victoire. Un message d’espoir.
  • 17:22 Le système de santé français, une gloire en déclin en Europe
    Face à un hôpital au bord de l'implosion et à l'étendue des déserts médicaux, le gouvernement français initie un remaniement du système de soins. Le Royaume-Uni ou l'Allemagne sont-ils mieux lotis ? Voici quelques points de comparaison.
  • 04:42 Le glyphosate, le dossier qui empoisonne le gouvernement
    Emmanuel Macron en avait fait une promesse de campagne : l'interdiction du glyphosate, l'herbicide commercialisé sous le nom de Roundup. Mais l'amendement bannissant sa commercialisation a été rejeté le week-end dernier. Décryptage.
  • 18:06 Plan "ma santé 2022" en France : urgence à l'hôpital ?
    Emmanuel Macron a présenté aujourd'hui son plan Santé 2022. Un secteur que le chef de l’État entend "restructurer pour les cinquante années à venir". Parmi les principales mesures : la lutte contre les déserts médicaux et l'accès aux professions de santé.
  • 10:38 Reportage : des médecins étrangers pour faire face à la pénurie en France
    Pour faire face à la pénurie de médecins, la France accueille de nombreux médecins étrangers. Comment se passe leur insertion ? Sont-ils bien acceptés ? Reportage aux Urgences d'Argenteuil, en banlieue parisienne.
  • 10:43 Les principales annonces du plan santé d'Emmanuel Macron
    Emmanuel Macron a présenté, mardi, les principales mesures de son plan santé, qui comportent notamment un investissement de 3,4 milliards d'euros et la fin du fameux numerus clausus.
Un tétraplégique peut à nouveau bouger son bras