« Aujourd’hui, je bouge à nouveau mes doigts, j’ai réussi à prendre une bouteille, à verser son contenu dans un récipient, et même à saisir un bâtonnet pour remuer. Le tout sans bras robotisé, avec mes vraies mains. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est un formidable début vers l’autonomie. Pour moi et pour d’autres », s’exclame Ian Burckhart.

En 2010, ce jeune Américain revient tétraplégique de vacances au bord de la mer. Il s’est brisé le cou en plongeant. Totalement paralysé à partir de la cinquième vertèbre cervicale, il a perdu le contrôle de ses membres inférieurs mais aussi de ses avant-bras et de ses mains. Il peut juste remuer les épaules et les bras jusqu’au coude. Alors, quand deux équipes – celle du neurologue Ali Rezai, de l’université d’Etat de l’Ohio, et celle de Chad Bouton et Nicholas Annetta, de l’institut de technologie Battelle Memorial, à Columbus (Ohio) – lui proposent de participer à un essai clinique de dérivation neurale, un nouveau système qui pourrait redonner vie à ses mains, il n’hésite pas très longtemps. Certes, il lui faut accepter de se faire placer dans le cerveau un implant composé de 96 électrodes, au contact du cortex moteur. Mais il s’agit d’une toute petite puce avec des électrodes de 1,5 millimètre.

Prototype

Après de longs mois d’entraînement, le jeune homme est convaincu que le jeu en valait la chandelle. N’est-il pas le premier paralysé au monde à contrôler en temps réel les mouvements de ses mains à partir de l’enregistrement des signaux de son cerveau ? D’ordinaire, le cortex moteur pilote les mouvements en envoyant ses commandes aux quatre membres via la moelle épinière. La dérivation neurale consiste à faire la même chose en contournant la moelle épinière lésée lors de l’accident. Certes, le système en est au stade du prototype et M. Burckhart ne peut pas encore en profiter à domicile. Mais, à seulement 24 ans, il est conscient de tester une technologie émergente qui pourrait grandement améliorer sa vie

Les interfaces cerveau-machine se sont beaucoup développées depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion notamment de Miguel Nicolelis, de l’université Duke en Caroline du Nord. Ces systèmes, encore en phase de test pour la plupart, parviennent à décoder les signaux du cortex moteur cérébral afin de piloter par la pensée une prothèse : ordinateur, bras robotisé ou encore exosquelette. Ainsi, en 2003, l’équipe de M. Nicolelis parvint à ce que des singes contrôlent un bras robotisé, à travers une électrode implantée dans leur cortex moteur. Et l’Américain John Donoghue, aujourd’hui directeur du centre Wyss au Campus Biotech de Genève, fut le premier à implanter des électrodes en 2011 dans le cortex moteur d’une Américaine afin qu’elle pilote un bras robotisé.

« Un pas de plus »

« Avec la dérivation neurale, l’équipe américaine franchit un pas de plus », reconnaît John Donoghue. Il s’agit cette fois d’une interface cerveau-main : à partir du décodage des signaux cérébraux, le système permet à la personne de piloter en temps réel le mouvement de ses propres doigts, grâce à un stimulateur musculaire apposé sur son avant-bras.

Lire l'article depuis sa source

 

Flash sante

  • 04:34 "Fou ou terroriste?"
    Au menu de cette revue de presse française, mardi 22 août, le voyage d’Emmanuel Macron en Europe de l’est, pour tenter de faire durcir la législation sur les travailleurs détachés. Une charte pour la première dame française. Le débat sur la distinction entre les fous et les terroristes. Et deux belles images de l’éclipse solaire aux Etats-Unis.
  • 08:09 Le président Buhari est rentré au Nigéria après trois mois d'absence
    Après des mois d’absence pour raisons médicales, le président du Nigéria Muhammadu Buhari est rentré samedi au pays, annonce un porte-parole de la présidence.
  • 17:30 France : une liste de produits contaminés au fipronil rendue publique
    Une liste de produits contenant des œufs contaminés au fipronil, insecticide interdit en Europe dans la chaîne alimentaire, a été publiée jeudi sur le site du ministère français de l'Agriculture. Des gaufres ont été retirées de la vente.
  • 16:16 Inde : tollé après la mort de plus de 60 enfants dans un hôpital
    La semaine dernière, une soixante d’enfants, dont des nourrissons, sont morts au service pédiatrique de l’hôpital de Gorakhpur, dans le nord de l’Inde. Ce nombre inhabituellement élevé de décès infantiles serait dû à une pénurie d’oxygène dans l’établissement. Plusieurs organisations et partis d’opposition réclament la démission des responsables politiques locaux, coupables, selon eux, de négligence.
  • 15:20 Yémen : plus d’un demi-million de cas de choléra en 4 mois
    L’Organisation mondiale de la santé a annoncé, lundi, que le nombre de cas de choléra cette année au Yémen avait dépassé le seuil des 500 000 personnes et que près de 2 000 morts ont été enregistrés depuis fin avril.
  • 19:49 L’homme le plus vieux du monde est mort en Israël à l'âge de 113 ans
    Yisrael Kristal, identifié par le Guinness des records comme l'homme le plus vieux du monde, est mort vendredi à l'âge de 113 ans, en Israël. Il était né en 1903 dans l’actuelle Pologne, alors sous domination russe, et avait survécu à l'Holocauste.
  • 10:25 Près de 250 000 œufs contaminés ont pu être consommés en France
    Selon le ministère de l'Agriculture, près de 250 000 d'œufs contaminés par le fipronil ont pu être consommés par les Français depuis avril. L'Union européenne souhaite organiser un sommet avec les pays touchés par ce scandale sanitaire.
  • 15:15 Œufs contaminés : deux arrestations, l'enquête s'accélère
    L'enquête sur la fraude à l'origine de la contamination de millions d'œufs en Europe par un insecticide a connu d’importantes avancées jeudi en Belgique et aux Pays-Bas, où les dirigeants d'une entreprise au cœur du scandale ont été arrêtés.
Un tétraplégique peut à nouveau bouger son bras