« Aujourd’hui, je bouge à nouveau mes doigts, j’ai réussi à prendre une bouteille, à verser son contenu dans un récipient, et même à saisir un bâtonnet pour remuer. Le tout sans bras robotisé, avec mes vraies mains. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est un formidable début vers l’autonomie. Pour moi et pour d’autres », s’exclame Ian Burckhart.

En 2010, ce jeune Américain revient tétraplégique de vacances au bord de la mer. Il s’est brisé le cou en plongeant. Totalement paralysé à partir de la cinquième vertèbre cervicale, il a perdu le contrôle de ses membres inférieurs mais aussi de ses avant-bras et de ses mains. Il peut juste remuer les épaules et les bras jusqu’au coude. Alors, quand deux équipes – celle du neurologue Ali Rezai, de l’université d’Etat de l’Ohio, et celle de Chad Bouton et Nicholas Annetta, de l’institut de technologie Battelle Memorial, à Columbus (Ohio) – lui proposent de participer à un essai clinique de dérivation neurale, un nouveau système qui pourrait redonner vie à ses mains, il n’hésite pas très longtemps. Certes, il lui faut accepter de se faire placer dans le cerveau un implant composé de 96 électrodes, au contact du cortex moteur. Mais il s’agit d’une toute petite puce avec des électrodes de 1,5 millimètre.

Prototype

Après de longs mois d’entraînement, le jeune homme est convaincu que le jeu en valait la chandelle. N’est-il pas le premier paralysé au monde à contrôler en temps réel les mouvements de ses mains à partir de l’enregistrement des signaux de son cerveau ? D’ordinaire, le cortex moteur pilote les mouvements en envoyant ses commandes aux quatre membres via la moelle épinière. La dérivation neurale consiste à faire la même chose en contournant la moelle épinière lésée lors de l’accident. Certes, le système en est au stade du prototype et M. Burckhart ne peut pas encore en profiter à domicile. Mais, à seulement 24 ans, il est conscient de tester une technologie émergente qui pourrait grandement améliorer sa vie

Les interfaces cerveau-machine se sont beaucoup développées depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion notamment de Miguel Nicolelis, de l’université Duke en Caroline du Nord. Ces systèmes, encore en phase de test pour la plupart, parviennent à décoder les signaux du cortex moteur cérébral afin de piloter par la pensée une prothèse : ordinateur, bras robotisé ou encore exosquelette. Ainsi, en 2003, l’équipe de M. Nicolelis parvint à ce que des singes contrôlent un bras robotisé, à travers une électrode implantée dans leur cortex moteur. Et l’Américain John Donoghue, aujourd’hui directeur du centre Wyss au Campus Biotech de Genève, fut le premier à implanter des électrodes en 2011 dans le cortex moteur d’une Américaine afin qu’elle pilote un bras robotisé.

« Un pas de plus »

« Avec la dérivation neurale, l’équipe américaine franchit un pas de plus », reconnaît John Donoghue. Il s’agit cette fois d’une interface cerveau-main : à partir du décodage des signaux cérébraux, le système permet à la personne de piloter en temps réel le mouvement de ses propres doigts, grâce à un stimulateur musculaire apposé sur son avant-bras.

Lire l'article depuis sa source

 

Flash sante

  • 12:56 La pollution aux PCB, l'autre scandale qui vise Monsanto
    Avant de se reconvertir dans l'agrochimie et les OGM, le groupe Monsanto produisait des PCB, une substance chimique industrielle devenue synonyme pour les Américains de scandale environnemental. Le projet "Poison Papers" a révélé cet été que l'entreprise a continué à commercialiser les PCB aux États-Unis, alors même qu'elle avait connaissance de la nocivité du produit. L'État de Washington est le premier à porter plainte contre Monsanto.
  • 15:16 France : le gouvernement présente son plan contre les déserts médicaux
    Maisons de santé, rôle étendus des infirmiers, cumul-emploi-retraite… En déplacement en Haute-Vienne, le Premier ministre Édouard Philippe a détaillé le plan de son gouvernement pour lutter contre les déserts médicaux.
  • 13:41 Vaccins : démêler le vrai du faux
    La ministre de la Santé Agnès Buzyn a décidé de rendre 11 vaccins obligatoires à partir de janvier 2018, relançant la polémique sur la vaccination en France. À ce jour, seuls trois vaccins sont obligatoires : diphtérie, tétanos et poliomyélite. Un certain nombre d’autres sont simplement recommandés, mais déjà inoculés à une majorité d’enfants français. Une logique de santé publique qui ne convainc pas une partie de la population.
  • 07:01 "Le calvaire de Theresa May"
    Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 5 octobre, la visite du Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi en France, le retour de la peste à Madagascar, des pythons géants en Indonésie et un discours de Theresa May qui a viré au fiasco complet.
  • 05:56 Bénin : l'insalubrité des morgues, un grave problème de santé publique
    Au Bénin, les morgues publiques ne répondent pas aux normes en matière d'hygiène funéraire. En raison de la pauvreté, qui empêche les familles de subvenir aux frais d'hospitalisation et de conservation des corps, environ un millier de cadavres seraient stockés dans des conditions déplorables à travers tout le pays. Cette situation fait peser un grave risque de santé publique, sur lequel nos reporters ont enquêté. ATTENTION, CERTAINES IMAGES DE CE REPORTAGE PEUVENT CHOQUER.
  • 15:03 Charcuterie industrielle : un modèle économique empoisonné ?
    À la fin du XIXe siècle, le modèle productiviste a entrepris de doper la charcuterie industrielle à coups de produits chimiques. Une dérive qui a conduit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à classer ces aliments, il y a deux ans, comme cancérogènes. Dans "Cochonneries, comment la charcuterie est devenu un poison" (Ed. La Découverte), notre invité, Guillaume Coudray, livre les conclusions de son enquête sur les dessous du secteur. Entretien.
  • 06:00 En France, les autistes et leurs familles réclament plus de moyens
    Emmanuel Macron s'était engagé à faire du handicap l'une des priorités de son quinquennat. Au début de l’été, il a donc lancé des concertations pour le 4e plan autisme. Un domaine dans lequel la France est très en retard par rapport à d’autres pays. Reportage auprès des personnes autistes ainsi que leurs familles, dans l’attente de mesures concrètes et de plus de moyens.
  • 10:45 Diagnostiquer, accompagner, soigner : les défis de l'autisme
    L'autisme est un trouble du développement du cerveau qui touche entre 300 et 600 000 Français. Il se manifeste entre autres par un retard de langage, une faible attention à l'entourage ou encore des gestes répétitifs. Cette semaine, nous sommes à Neurospin, près de Paris, l'un des plus grands centres de recherche sur le cerveau, pour essayer de comprendre ce qu'est l'autisme, comment aider les patients qui en souffrent et comment le traiter.
Un tétraplégique peut à nouveau bouger son bras